Comment gérer les enfants de notre conjoint(e) ?

Cette question « comment gérer les enfants du conjoint » est une question qui tracasse souvent les couples à un certain âge surtout si les enfants sont déjà adultes. Les solutions sont diverses selon l’âge des enfants.

Gérer les enfants en bas-âge et les adolescents

Lorsque les enfants sont encore en bas-âge c’est-à-dire dans les moins de 10 ans, la gestion est plus facile. A cet âge-là, le souci des enfants tourne autour des moments à passer avec l’un des parents et les futures vacances. Les parents respectifs gèrent leurs besoins quotidiens sans problèmes. Avec les adolescents, ils ont déjà leurs propres opinions. Effectivement, lorsque les parents se séparent, les adolescents prennent déjà leurs positions. Seulement, ils ne réfléchissent pas assez et commettent parfois des erreurs de jugement.

La menace de disputes.

De manière générale, comme ils sont adolescents, ils cherchent à semer la zizanie. Cette attitude est simplement due à une peur de ne plus être aimé par sa propre mère ou son propre père. De son côté, la belle-mère ou le beau-père doit faire preuve de compréhension et de patience. Les adolescents compte tenu de leurs âges s’emportent facilement et c’est le rôle du beau-père ou de la belle-mère de mettre de l’eau dans leur vin pour débloquer la situation.

Gérer les enfants adultes du conjoint…

Gérer les enfants du conjoint peut être lassant à force d’efforts sans de conséquences positives. Par rapport aux adolescents, les enfants adultes ont déjà leurs propres jugements avant de rencontrer leur belle-mère ou leur beau-père. Ils ont aussi cette peur de ne plus être aimé par leur père ou mère. Une hypocrisie et une politesse de façade s’installent lors des rencontres. Je dresse ici le scénario qu’on rencontre souvent. Pour préserver son couple, le beau-père ou la belle-mère ne doivent pas dire du mal ou dénigrer les enfants de leurs conjoints.

… et mieux encore se faire apprécier d’eux.

S’il existe des problèmes au niveau des relations, ils doivent faire preuve de subtilité pour ne pas attrister leurs conjoints. Une rencontre régulière est nécessaire pour bien se connaître. Ainsi, les deux parties auront l’obligeance de bien converser pour connaître profondément la qualité des uns et des autres. Parfois, le préjugé nous tue et nous rend aveugle. Une bonne discussion autour d’un bon repas présente souvent un bon départ. La sincérité est le meilleur moyen d’y parvenir pour améliorer la suite.

La sincérité est-elle réciproque ?

En général, la sincérité est uniquement dans un sens. C’est rare quand c’est réciproque. Pourtant d’autres familles y arrivent avec de la bonne volonté. Gérer les enfants de notre conjoint (e) est donc une partie de volonté réciproque. Si l’une des parties campe sur sa position, la situation n’évoluera pas et se terminera en échec. Pour améliorer son couple, le beau-père ou la belle-mère ne doit pas s’immiscer dans la manière où leurs conjoints éduquent leurs enfants. Ils ne doivent pas critiquer aussi le comportement des enfants adultes sinon leurs conjoints auront marre à la fin.

Le manque de sincérité est une menace

De leur côté, les enfants adultes doivent comprendre que l’amour que leur père ou mère porte à leur nouvelle femme ou nouveau mari est différent de ce qu’est l’amour d’un père et de son fils ou sa fille et de la mère et de son fils ou de sa fille. Souvent, c’est à ce niveau que le bât blesse. Si vous voulez mettre vos témoignages je vous propose de vous rendre sur mon forum . Il est important aussi de signaler que les enfants du conjoint peuvent-être des « tue-l’amour », voir aussi la page de ce blog liée à la relation amoureusequi demande de la complicité et de la tranquilité .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *